Skip to content Skip to footer

Eva Kovacova

portrait d'Eva Kovacova

Eva Kovacova est architecte de formation, comédienne en reconversion. Elle habite Hôtel de Ville.

Ses passions, ses engagements militants : De nationalité tchèque, j’ai choisi il y a 22 ans de m’installer à Villeneuve d’Ascq. Militante écologiste. Militante associative pour les habitats écologiques partagés. J’aime fédérer les personnes issues d’horizons divers. Je m’intéresse aux outils et méthodes de la coopération et de l’animation des collectifs (la sociocratie, la communication non violente). Cycliste urbaine et au long cours, à travers la France et plusieurs pays européens. Passionnée de théâtre.

Pourquoi elle a rejoint notre collectif : J’ai rejoint le collectif parce que le changement de la société, que je pense urgent et bénéfique pour tou-tes, advient à partir des engagements personnels et collectifs. Et c’est uniquement un collectif de citoyen-nes qui permette cette gestation. Le collectif citoyen était pour moi également garant de l’ouverture et de pluralisme. L’ouverture avec et aussi au delà des partis politiques afin de contenir le danger de s’enfermer dans une idéologie. Et ainsi un véritable pluralisme qui reste porteur des valeurs qui ont initié le collectif. Parmi lesquelles : l’écologie et la protection du vivant, le respect et l’égalité des droits humains, la justice sociale et la solidarité sans exclusion, l’émancipation de chacun.e.

Si je suis élue, je m’attacherai à ce que nous inventions une manière de communiquer, d’être en contact avec les habitant-es de tous les quartiers afin de les connaître mieux. Je continuerai à fédérer les gens et cette fois  aussi d’autres acteurs de notre ville autour et pour un grand projet défini collectivement. Celui de la transition écologique, économique et sociale à Villeneuve d’Ascq et sur la MEL tournées vers l’avenir, la transformation qui réponde aux enjeux environnementaux, sociaux et démocratiques du 21ème siècle.

En savoir plus : l’interview d’Eva

« A Villeneuve d’Ascq, on a besoin d’un urbanisme de mixités«