Skip to content Skip to footer

La MEL : l’autre enjeu (de taille) des élections municipales

En mars prochain, les citoyennes et citoyens villeneuvois voteront non seulement pour leurs représentants au Conseil municipal de Villeneuve d’Ascq, mais aussi pour leurs représentants au Conseil de la Métropole européenne de Lille (MEL). Vous ne mettrez cependant qu’un seul bulletin dans l’urne. Alors, comment ça marche ?

Toute liste de candidat·e·s au Conseil municipal de Villeneuve d’Ascq doit comporter 49 noms. Les neuf premières personnes de cette liste sont également « fléchées » pour potentiellement siéger au Conseil métropolitain. Neuf, c’est le nombre d’élu·e·s villeneuvois·e·s que compte le Conseil métropolitain. Ils sont issus de la liste sortie gagnante du scrutin municipal, mais peuvent aussi l’être d’une liste minoritaire ayant comptabilisé suffisamment de voix au second tour pour être représentée au Conseil métropolitain. A titre d’exemple, parmi les neuf élu·e·s villeneuvois siégeant actuellement à la MEL, huit appartiennent à la majorité municipale et une à l’opposition.

L’insuffisance démocratique du Conseil métropolitain

Le problème, c’est que ce mode de scrutin indirect crée une carence démocratique. Chaque commune membre de la MEL est en effet représentée par au moins un élu, quelle que soit sa population. Les 76 communes de moins de 14 000 habitants pèsent donc le même poids au sein du Conseil métropolitain. Par exemple, les communes de Warneton (239 habitants) et de Roncq (13 475 habitants) ont chacune un représentant à la MEL… ce qui signifie que le vote des habitants de Warneton pèse 56 fois plus que le vote des habitants de Roncq !

En plus d’être anti-démocratique, ce mode de scrutin ne permet pas à l’assemblée métropolitaine d’être paritaire. La loi contraint les listes de candidat·e·s aux élections municipales à alterner une femme-un homme ; mais les têtes de liste sont encore très souvent des hommes. Si bien que l’unique représentant de chacune de ces 76 communes est généralement un homme. Actuellement, le Conseil métropolitain ne compte que 60 femmes sur 184, soit moins d’un tiers de l’assemblée.

Défendre l’intérêt général à la MEL

La prééminence des communes sur les citoyen·ne·s dans le mode de scrutin nuit à l’intérêt général. Une vision communale prévaut sur une vision métropolitaine, alors que les décisions de la MEL ont une influence directe sur votre quotidien. Transports en commun, logement, collecte des déchets, etc. : autant de sujets qui relèvent de la MEL, et non plus des communes. Autant de sujets qui exigent de raisonner au niveau métropolitain, de réfléchir collectivement, d’avoir une vue d’ensemble et de prioriser la solidarité métropolitaine.

Faire passer les prétendus intérêts de sa commune devant l’intérêt général métropolitain c’est finalement faire perdre tout le monde. C’est ce qui s’est passé lors du renouvellement de la concession de service public du réseau de transport en commun Ilévia, anciennement Transpole. Une large majorité d’élu·e·s métropolitain·e·s ont voté pour la diminution des moyens alloués aux transports en commun, en particulier au réseau de bus, en espérant que leur commune pourrait tirer son épingle du jeu. Résultat : la majorité des communes ont vu leur desserte en bus se dégrader et les rares communes équipées en stations V’lille en ont perdu. C’est le cas de Villeneuve d’Ascq. Et de nombreux maires ont sans vergogne accusé la MEL, où ils siègent et votent aveuglément des délibérations en espérant que leur loyauté bénéficiera à leur commune.

Alors le 15 mars prochain, lors du premier tour des élections municipales, souvenons-nous qu’un maire qui n’a que sa commune en tête peut en venir à négliger l’intérêt général, pourtant au cœur de la nécessaire transition écologique et sociale.

2 Comments

  • Jean Luc SIMON
    Posté le

    Bravo. Merci pour ces informations si importantes.

  • Fabien Delecroix
    Posté le

    Bravo pour la rédaction et la publication de cet article. L’information sur ce sujet est essentielle et peut contribuer à ce que toute personne en droit de voter puisse le faire de manière éclairée.

Réagir