Skip to content Skip to footer

Le mandat métropolitain débute sous de bien mauvais auspices

À la Métropole européenne de Lille, notre liste sera représentée par le groupe « Métropole Écologiste, Citoyenne et Solidaire ». Ce groupe est composé de neuf membres à l’appartenance politique diverse, mais défendant un projet commun pour la Métropole ; un projet exposé dans ses grandes lignes ici et en phase avec ce que nous avons porté à Villeneuve d’Ascq pendant la campagne.

La tache sera difficile. La candidature à la présidence de la Métropole européenne de Lille qu’a soutenue le groupe a reçu de nombreux témoignages de soutien venus de toute la Métropole, en particulier de personnes impliquées dans des démarches citoyennes lors des élections municipales. Le président sortant, Damien Castelain, a cependant largement été réélu (121 voix, contre 46 voix pour Rudy Elegeest et 11 voix pour Pauline Ségard). Même en respectant la présomption d’innocence, nul besoin d’être un fin analyste politique pour constater que les ennuis judiciaires de Damien Castelain contribuent à alimenter le discrédit dont sont l’objet les personnes qui exercent le pouvoir et donc à éloigner des citoyennes et des citoyens de la politique. En cela, sa réélection est dommageable.

Au-delà de ces considérations, la composition de l’exécutif est inquiétante pour la suite. Un exécutif qui réussit l’exploit d’être encore moins paritaire qu’au mandat précédent (quatre vices-présidentes contre cinq auparavant). Un renouvellement qui est plus qu’anecdotique seulement quatre « nouveaux visages », dont deux sont en fait bien connus puisqu’il s’agit de Roger Vicot, maire de Lomme, et Dominique Baert, maire de Wattrelos. Ce n’est pas un détail car respecter la parité, éviter le cumul des mandats et permettre le renouvellement politique c’est répondre à une partie des maux de la société. Les ignorer est inconséquent et n’augure rien de bon en matière de démocratisation et d’amélioration de la représentativité de la Métropole.

Enfin, il est difficile de faire confiance à toutes ces personnes pour agir à la hauteur des attentes et des urgences. Cette tendance du « on prend les mêmes et on recommence » ne laisse pas présager d’un changement de braquet pourtant indispensable.

Pour autant, nous avons affiché un visage souriant, tant nous avons envie d’agir, de mettre notre énergie au service des Métropolitaines et des Métropolitains et du projet politique que nous défendons. Nous savons la tache immense, mais nous sommes prêt·e·s. Vous pouvez compter sur nous.

Réagir