Skip to content Skip to footer

Romain Leclercq : « Du sport pour toutes et tous… pas seulement pour les sportifs ! »

Romain Leclercq, 27 ans, est responsable de fabrication dans un grand commerce. Ce militant communiste très engagé – il est aujourd’hui secrétaire de section du PCF à Villeneuve d’Ascq – aime à dire qu’il a construit sa culture politique tout seul, en arpentant les meetings avec curiosité, lors des présidentielles de 2012… et aussi qu’il l’a confortée au contact des autres militants. C’est aussi un grand amateur de sport, qui a fréquenté jusqu’à récemment plusieurs clubs villeneuvois, dont l’ESBVA. Dans cette interview, il partage sa vision des politiques sportives de notre ville, et pointe les marges de manœuvre dont nous disposons pour faire encore mieux en la matière !

Quel regard portez-vous sur les politiques municipales du sport à Villeneuve d’Ascq ?

Romain Leclercq : Un regard plutôt positif ! Dans notre ville, en matière de sport, on est vraiment gâtés. On a de superbes équipements, énormément de clubs. Du basket à la natation en passant par le tennis, ou des sports plus confidentiels comme le Kinball, il y a un vrai dynamisme et beaucoup peuvent y trouver leur compte. C’est loin d’être le cas de toutes les villes de la Métropole. Ce que l’on peut aussi souligner, c’est que tous ces clubs profitent généralement de salles et de locaux de grande qualité. Bref, en matière de sport, on a une excellente base à Villeneuve d’Ascq !

Voyez-vous des marges de manœuvre pour faire mieux, et notamment pour développer un accès au sport plus inclusif et accessible à tous ?

Romain Leclercq : A Villeneuve d’Ascq, on a notamment la chance d’avoir de très bons clubs professionnels ou semi-professionnels dans certaines disciplines. Je pense notamment au rugby et au basket féminin. Cette chance, on devrait s’en saisir davantage en renforçant les liens de ces clubs avec les écoles, avec les centres aérés, avec les centres sociaux… pour créer des ponts nouveaux entre le sport, les sportifs et les habitants de tous les âges. Pour l’instant, lorsque des échanges se font, c’est toujours suite à des initiatives individuelles, mais rien n’est organisé, je trouve que c’est dommage.

D’autre part, je pense qu’il y a encore beaucoup de choses à faire en matière d’accès au sport en fonction du genre. Dans notre ville, seul 1/3 des licenciés dans un club sportif sont des femmes. C’est trop peu ! Dans certaines disciplines, on a une mixité vraiment remarquable, mais dans d’autres on n’est pas du tout à la hauteur de l’égalité femmes-hommes. Nous serons attentifs à ça et agirons au niveau municipal pour favoriser plus largement l’accès des filles et des femmes au sport, mais aussi aux pratiques physiques et d’entretien.

Ça me donne l’occasion de rebondir sur un autre point important : le sport, ce n’est pas que des « grands clubs » et de la performance ! C’est aussi un enjeu de santé publique, donc nous avons le devoir de donner une chance à chacun d’y accéder… Je pense en particulier aux publics pour lesquels c’est moins évident, comme les gens plus âgés, fragilisés ou défavorisés. Le sport de haut niveau, c’est formidable mais beaucoup de gens ne s’y retrouvent pas du tout. C’est même quelque chose qui peut être bloquant pour certains en leur donnant l’impression que ce n’est pas pour eux ! Donc, il faut absolument donner de la place et de la visibilité aux pratiques amateurs et au sport-santé. Une manière de le faire parmi beaucoup d’autres, ça serait par exemple d’installer des équipements de sport de rue accessibles à tous, dans tous les quartiers, ou encore un parcours de santé du côté du parc urbain. C’est quelque chose que nous aurons a à cœur de faire rapidement dès que nous serons élus.

Pourquoi avez-vous été sensible à la démarche de notre collectif ? Pourquoi la soutenez-vous ? Que voudriez-vous dire à un Villeneuvois qui hésiterait encore à voter pour vous ?

Romain Leclercq : Notre arrivée a été le fruit d’une décision collective prise avec l’ensemble du Front de Gauche de Villeneuve d’Ascq. Nous, nous voulions un rassemblement de la gauche pour ces élections municipales. Partant de là, on a eu la démarche d’aller rencontrer tous les partis politiques dits de gauche, dont les membres fondateurs de notre collectif. Une fois que nous avons eu tous les éléments en main et que nous avons été certains que tout le monde ne partirait pas ensemble, nous avons choisi de soutenir le projet le plus proche de nos valeurs. Ça a été celui du collectif… et il faut croire que c’était le bon choix car nous y sommes toujours !

J’aime beaucoup l’enthousiasme que nous partageons au sein de ce collectif, ainsi que l’envie de faire bouger les choses et de faire encore mieux pour Villeneuve d’Ascq. Cette ouverture à d’autres sensibilités a aussi été l’occasion de renforcer ma conscience écologique et de réfléchir différemment sur le sujet, même si je me sentais déjà très concerné à la base. J’apprécie cette volonté de conduire une politique qui fait le lien entre urgence démocratique, urgence sociale et urgence climatique. Je pense que c’est vraiment la bonne manière de répondre aux défis actuels.

Et le Villeneuvois qui hésiterait à voter pour nous, j’aurais envie de lui dire qu’il est temps de donner à cette ville une nouvelle dimension sociale, écologique et solidaire. Qu’il est temps que la vie politique villeneuvoise se renouvelle… et que c’est vraiment le moment de le faire. Ne manquons pas le tournant de 2020 pour Villeneuve d’Ascq !   

Réagir